Accueil / Loi climat et résilience : quelles réelles avancées ?

Loi climat et résilience : quelles réelles avancées ?

Actu générale Date de publication : 21/07/2021

Le Parlement a définitivement adopté, mardi 20 juillet 2021, le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets, dit « projet de loi climat et résilience ». Issu des travaux de la Convention citoyenne pour le climat, le texte définitif est diversement apprécié. Certains saluent le « compromis » obtenu après d’intenses débats, d’autres en revanche estiment que le résultat est loin d’être à la hauteur des enjeux, tandis que le gouvernement et la majorité se félicitent d’une « bascule culturelle » visant à faire « entrer l’écologie dans nos vies ».


La montagne a accouché d’une souris

Sur le terrain de la commande publique, en matière d’environnement, la montagne semble avoir accouché d’une souris. Le projet de loi prévoit qu’au moins l’un des critères de sélection de l’offre la plus avantageuse prenne en compte les caractéristiques environnementales de celle-ci. Mais rien de plus. De surcroît, le critère en question devra toujours demeurer en lien avec l’objet du marché. Autrement dit, pas grand-chose de neuf sous le soleil.  Dans le domaine social, on est également loin d’avoir franchi un grand pas : le projet de loi prévoit simplement que les conditions d’exécution d’un marché public (égal ou supérieur aux seuils européens) prennent en compte « des considérations relatives au domaine social ou à l’emploi, notamment en faveur des personnes défavorisées ».

Matériaux biosourcés : cap sur 2030

Changement de rédaction concernant l’usage de matériaux biosourcés dans les bâtiments par rapport aux versions précédentes. Le texte définitif prévoit l’usage des matériaux biosourcés ou bas‑carbone, dans au moins 25 % des rénovations lourdes et des constructions relevant de la commande publique, à compter du 1er janvier 2030. Un décret en Conseil d’État précisera les modalités d’application de l’article, en particulier la nature des travaux de rénovation lourde et les seuils au‑delà desquels l’obligation est applicable aux acheteurs publics. 
Enfin, il faudra attendre le 1er janvier 2025 au plus tard pour disposer d’outils opérationnels de définition et d’analyse du coût du cycle de vie des biens pour les principaux segments d’achat. Ces outils devraient intégrer le coût global lié notamment à l’acquisition, à l’utilisation, à la maintenance et à la fin de vie des biens ainsi que, lorsque c’est pertinent, les coûts externes supportés par l’ensemble de la société, tels que la pollution atmosphérique, les émissions de gaz à effet de serre, la perte de la biodiversité ou la déforestation.  

Division par 2 du rythme d’artificialisation des sols

Le rythme d’artificialisation des terres devra être divisé par deux d’ici 2030 et le zéro artificialisation nette atteint d’ici 2050 pour l’ensemble des collectivités territoriales. Le principe général d’interdiction de création de nouvelles surfaces commerciales entraînant une artificialisation des sols est également acté. Ainsi, toute construction de nouveaux centres commerciaux, qui artificialiseraient des terres sans démontrer leur nécessité selon une série de critères précis et contraignants, sera la norme. Aucune exception ne pourra être faite pour les surfaces de vente de plus de 10 000 m2. Quant aux demandes de dérogation pour tous les projets d’une surface de vente supérieure à 3 000 m2, elles seront examinées par le préfet.


En savoir plusAccéder à la petite loi

EGF – crédit photo : CC-BY David Grandmougin

Les Entreprises Générales De France Du Batiment Et Des Travaux Publics

EGF est l’organisation professionnelle des entreprises générales qui livrent des ouvrages « clé en main ». Créé en 1903 pour promouvoir le matériau béton, elle a depuis élargi ses activités à tous les sujets et activités qui conditionnent la vie et le progrès des entreprises générales.
EGF fonctionne grâce à ses entrepreneurs impliqués dans des instances nationales et régionales. Ses adhérents regroupent sur le territoire un millier d’entreprises de tailles très différentes, de la PME au grand groupe en passant par les ETI.
Les EG totalisent 20 Mds d’€ de CA environ en France et près de 100 000 collaborateurs dans l’hexagone.
Grâce à leurs compétences en ingénierie, les entreprises générales peuvent travailler en amont et en aval des projets pour optimiser les budgets, sécuriser les réalisations, s’engager sur des résultats et de la performance au travers des contrats globaux , mais aussi en RSE.
Signataire d’un Pacte RSE depuis 2018, les entreprises du syndicat s’engagent à :
– veiller à construire durable et responsable
– dynamiser l’économie locale et soutenir l’emploi de proximité
– maintenir un rythme soutenu d’embauches
– développer des heures d’insertion dans leurs marchés,
– associer tous les acteurs du chantier pour le progrès social
En conclusion : mettre l’homme au coeur de leurs préoccupations.

Configuration des cookies

Lorsque vous visitez notre site, EGF est amené à utiliser des cookies à des fins de fonctionnement, d’amélioration de la performance de notre site, d’analyses statistiques et de partage du contenu sur les réseaux sociaux. Vous pouvez à tout moment activer ou désactiver les cookies.

 

Cookies nécessaires :

Il s’agit des cookies nécessaires au fonctionnement de notre site et de nos services, qui vous permettent d’utiliser les principales fonctionnalités de notre site. Ces cookies sont automatiquement déposés lors de la première visite sur notre site et ne peuvent pas être désactivés.

Cookies statistiques

  • Désactiver
  • Activer

Il s’agit des cookies qui permettent de mesurer la fréquence et le volume d’utilisateurs de notre site afin d’améliorer le fonctionnement et les performances de notre site et de nos services

Cookies réseaux sociaux

  • Désactiver
  • Activer

Il s’agit des cookies qui permettent de partager du contenu sur les réseaux sociaux