Vous êtes ici

TROIS QUESTIONS A ...

Juillet 2019

TROIS QUESTIONS A ...

jean_bondu_retaille.jpgJean BONDU, Président du jury des clés d'or, Responsable du département Projet Infrastructures à la Direction Infrastructures Et Sécurité à la Régie des Transports Métropolitains

Quelle impression générale gardez-vous des projets présentés au concours de la Clé d’or régionale ?

 

Jean BONDU : « Nous avons vu des projets très intéressants et variés. J’ai en tête une belle prise de risque sur l’un des projets présentés et, de façon plus générale, de belles opérations qui illustrent le professionnalisme dont les EG sont capables. Les objectifs du client et la nécessaire communication entre l’ensemble des acteurs des projets y sont mis en valeur. Le gagnant, représenté par un groupement associant Léon Grosse et Senec, une PME toulonnaise, pour la réalisation de la fondation Carmignac sur l’île de Porquerolles, a séduit le jury par l’originalité de l’opération, sa technicité et ses conditions de réalisation difficiles qui ont montré la valeur ajoutée de l’EG. Le projet n’aurait probablement pas abouti sans l’engagement de ces deux entreprises générales auprès du maître d’ouvrage. Elles ont en effet poursuivi leur activité malgré les vicissitudes du chantier.

 

Quelles sont, selon vous, les qualités de l’entreprise générale ?

Jean BONDU : « En tout premier lieu : l’interlocuteur unique. L’EG porte le projet dans sa globalité et pallie aux éventuelles défaillances et difficultés qui peuvent intervenir pendant le chantier. Les EG doivent veiller à conserver cette particularité que la maîtrise d’ouvrage est prête à acheter car elle économise les coûts de coordination. En deuxième lieu : ses compétences en matière de prévention, santé et sécurité. C’est une vraie valeur ajoutée. Le respect de la sécurité et de la santé sur les chantiers est, par nature, moins évidente en corps d’états séparés. Enfin, en troisième lieu, j’ajouterai la réactivité et le haut niveau de compétences des équipes avec lesquelles peuvent s’engager des discussions constructives sur l’ingénierie du projet, la résolution des problèmes techniques, l’innovation et le management organisationnel. »

Pourquoi avoir accepté de présider le jury du concours ?

Jean BONDU : « C’est un moyen de garder le contact avec les professionnels du secteur de la construction, de se tenir au courant des nouvelles techniques et innovations réalisées, de connaître la nature des projets construits sur le territoire. C’est très enrichissant. »

 

Partager sur Twitter Twitter