Vous êtes ici

Quoi de neuf ?

Juillet 2018

Quoi de neuf ?

1. Eiffage Construction Lorraine lauréate du concours régional Prévention Santé Sécurité.  
2. Le marché global de performance : pour quoi faire, comment faire ?
3. LES EG EN CHIFFRES

 

Eiffage Construction Lorraine lauréate du concours régional Prévention Santé Sécurité.  

L’entreprise Eiffage Construction Lorraine a remporté le concours régional Prévention Santé Sécurité qui s’est tenu à Nancy, en mars dernier. Elle a été distinguée pour son processus d’amélioration de l’ergonomie du poste de coffrage plancher CEP sur les chantiers.

Si « le poste de coffrage dalle pleine » ne vous dit rien, il faut savoir qu’il s’agit d’une activité professionnelle susceptible de provoquer des troubles musculo-squelettiques et des déclarations de maladies professionnelles. Eiffage Construction Lorraine a donc repensé le travail effectué à ce poste. Les équipes se sont organisées pour diminuer le volume et la taille des plaques de coffrage manipulées par les compagnons sur les chantiers.

Conséquences directes de ce changement : moins de sollicitations des genoux et de la colonne vertébrale ainsi qu’une réduction importante des vibrations au niveau des mains, des coudes et des épaules ! 

 

Le marché global de performance : pour quoi faire, comment faire ?

Cette question a fait l’objet d’une matinale à Nancy, au mois de janvier dernier, qui a rassemblé une cinquantaine de personnes. Jacques Fournier de Laurière, président honoraire de la Cour Administrative d'Appel de Paris,  a d’abord rappelé que le marché global de performance (MGP) déroge à la loi MOP et au principe d’allotissement sans motivation particulière. Il a ensuite rassuré les acheteurs et les responsables juridiques des organismes et collectivités publics présents à cette manifestation en soulignant  que la réglementation en vigueur a grandement sécurisé le recours à cette forme de contrat global.. Selon le spécialiste, aucune motivation n’est à apporter pour recourir au MGP.

Jean-Louis Blin-Lacroix, le vice-président de la politique immobilière de l’université de Lorraine, a de son côté fait part de son expérience des PPP. Ce dernier, qui a en effet piloté deux contrats de partenariat dans le cadre du plan campus, a présenté aux participants le bilan provisoire des avantages et inconvénients du PPP de son point de vue. Un bilan plutôt positif dès lors que la personne publique assure un contrôle efficace de ce contrat complexe.

 

LES EG EN CHIFFRES

Partager sur Twitter Twitter